Menu principal de ProVirtuel
Centre de documentation
Centre de documentation
http://www.provirtuel.com/doc/

separateur

FAITES-LE DE TOUTE FAÇON !
separateur

Par Richard LaChance , psychologue
.

    Nous sommes entourés de personnes exceptionnelles. Des frères. Des sœurs. Des enfants. Des amis. Des collègues de travail. Par moment, nous oublions les êtres derrière les «fonctions» qu’ils occupent dans nos vies. Leurs rôles prennent le centre de nos relations. Parfois sous sommes irrités par leurs conduites. À d’autres moments, la moutarde nous montera au nez. La friction est devenue trop grande. Sans trop comprendre le pourquoi. De prime abord. Nous ne voyons plus les personnes. Leurs comportements auront su réveillés de veilles blessures. En nous. Peut-être! De vieux problèmes. Pas totalement résolus. À «retravailler». Eh oui !

    De toute façon, en ce domaine, on ne règle rien une fois pour tout. Comme on ne mange jamais une fois pour toujours. Nous nous nourrissons par petits repas. De gros pour certains. Dépendant des appétits. Quotidiennement. Pour la plupart d’entre nous… nous le souhaitons ! Une séquence de trois repas par jour nous est nécessaire. Une loi de notre fonctionnement biologique.

    Les difficultés que nous rencontrons dans nos vies peuvent être abordées de la même manière. Par petites bouchées. Par petits repas. Trop ou d’une seule fois nous pourrions en faire une indigestion. C’est ce qui arrive d’ailleurs à plusieurs. Ils ont les yeux plus grands que l’estomac. D’autres sont de véritables anorexiques. Ils laissent leurs problèmes au placard. Non pas par peur de prendre du poids, mais plutôt, dans ce cas-ci, par peur de ne pas avoir les habiletés pour les résoudre. Ou tout simplement par peur. Comme si les difficultés étaient pour eux une nourriture infecte. Pourtant ! C’est, la plupart du temps, l’inverse qui est vrai.

    Lorsque les problèmes dorment dans le placard, ils «bouffent» inconsciemment notre attention. Une préoccupation constante. Sans vraiment s’en rendre compte. Comme si la petite lumière du dôme dans notre automobile était toujours allumée. Elle consume notre énergie à notre insu. Jusqu’au jours où, un bon matin, notre véhicule refusera de partir. Notre batterie sera à plat.

    L’accumulation de problèmes nous demandera, tôt au tard, de leurs faire face. C’est toujours «la goutte» qui fera déborder le vase. C’est, ici, une loi de la physique pure. Trop c’est trop ! Le corps aura parlé. Alors que la raison voudra taire. Encore. Le corps a ses raisons. Lui aussi.

    Vaut mieux voir à nos problèmes – nos occasions de grandir - sur une base régulière. Comme une discipline. Un art de vivre.

    Un grand problème peut, parfois, se découper en dix petites difficultés. Mieux, on pourra l’aborder par une série d’essais. Une première fois. Puis une seconde fois, un peu plus tard. Et y revenir encore, après quelques semaines. Le problème perdra de sa force, à chaque fois que nous l’aborderons. Comme l’ouragan s’essouffle, une fois rendu sur la grande terre.

    J’inspire. J’expire. J’accepte de faire mien ce problème. La première fois, je peux ne pas y trouver d’issu. Cependant je lui ai fait face. Ce n’est pas la peur qui m’aura freiné dans mon élan de vivre. Ma satisfaction grandit. À tout le moins. Comme une fierté. Même si le problème, lui, demeure. Pour le moment.

    J’y retourne une seconde fois. Sans plus d’attente. La spirale pour la résolution de mes difficultés s’est mise en marche. J’inspire profondément «dans» le problème. Avec lui. Sans compromis. Je me sens envahi. Peut-être ! Encore, cette fois-ci ! Cependant l’intensité a diminuée. Je le sens. Le ressens. Je n’y trouve pas plus d’issu. Aujourd’hui. Ça va venir ! C’est une question d’habiletés. Une question d’exercice. D’apprentissage. J’oserai le reprendre la semaine prochaine. Pourquoi pas ! JE SUIS EN APPRENTISSAGE.

    Je lui donne du temps. Comme on donne de la corde au cerf-volant pour qu’il prenne son envol. Et pour mieux reprendre en main sa direction.

    J’y reviens. Une semaine s’est écoulée. Un mois. Un an peut-être ! Peu importe. Le temps a besoin qu’on lui donne du temps. Pour certains problèmes, le temps est salutaire. Ce n’est pas le temps qui «arrangera les choses» comme le veut le dicton populaire. Mais plutôt le fait que nous acceptions de nous occuper de nos difficultés tout en leurs accordant le temps nécessaire pour qu’ils viennent à maturité. D’une certaine façon c’est nous qui «maturons» avec les problèmes. C’est le courage que nous déployons pour faire face à nos difficultés, régulièrement et quotidiennement, qui nous revient en gain. «En maturité». Tel un boomerang. Comme une récompense. Une connaissance de soi améliorée. Telle est l’expérience. Une nourriture nécessaire pour l’être.

    Ainsi nous ÉVOLUONS.

    Quelle belle attitude face à la Vie. Face à sa vie !

    Alors grandissent mes habiletés afin que je puisse développer plus de quiétude. Plus de Paix. Et plus de Bonheur. En moi. Encore et encore.

    Et il y a les autres !, diront certains. À juste titre. On ne change pas le Monde ! On ne peut vivre qu’avec Lui. Qu’avec eux.

    Certes il y a le Monde. Cependant, et en définitive, c’est moi qui prendra soin de moi-même. Pas le Monde ! Avec de l’aide que j’irai chercher. De façon ponctuelle. Si besoin était.

    Il m’est toujours resté un court et merveilleux poème d’une femme tout à fait exceptionnelle. Et tout aussi merveilleuse. Que vous connaissez également. J’en suis sûr. Je vous offre, ici, ce poème en conclusion, et en traduction libre:

      Si vous trouvez la sérénité et le bonheur, d'autres peuvent en être jaloux; Soyez heureux de toute façon;

      La bonté que vous faites, aujourd'hui, aux autres souvent les gens l’oublieront demain; Faites du bien de toute façon;

      Donnez au monde le meilleur de vous-même, ce ne sera jamais assez; Donnez au monde le meilleur de vous-même de toute façon;

      Et il y aura des jours où tout vous semblera être trop, faites juste ce que vous pouvez à chaque jour, puisque l'esprit passe par vous de toute façon;

      Les gens sont souvent peu raisonnables, illogiques et égocentriques; Pardonnez leur de toute façon;

      Si vous êtes aimable, d'autres peuvent vous accuser d’être égoïste ou avoir des motifs secrets; Soyez aimable de toute façon;

      Si vous réussissez, vous gagnerez aussi quelques faux amis et quelques vrais ennemis; Réussissez de toute façon;

      Si vous êtes honnête et franc, les gens pourront quand même vous tricher et vous trahir; Soyez honnête et franc de toute façon;

      Ce que vous mettez des années à construire, d’autres peuvent le détruire en une nuit; Construisez de toute façon;

      Vous voyez en analyse finale, la responsabilité de votre vie est entre vous et un dieu; Elle n'a jamais été entre vous et n'importe qui d’autre de toute façon.


                Mère Teresa




Voyez aussi : Être en santé
Alimenter le bonheur
Bâtir la paix en soi et autour de soi
Le geste d'accompagnement: « Être-avec-l'autre »



separateur
L'auteur de cet article
separateur



Nom: Richard LaChance, Psychologue
Page Web: http://www.provirtuel.com/rlachance.html
Courriel:
Téléphone: (418) 986-6713


N.B. Vous êtes autorisé, par la présente, à imprimer le nombre de copies de ce texte que vous le désirez pour usage personnel ou pour distribution gratuite et en nombre limité, inférieur à 100 copies.

S.V.P. inclure toute les pages du texte y compris le copyright au bas de la page. Merci de votre collaboration. J’apprécie grandement recevoir tous vos commentaires sur ce texte ainsi que l’utilisation que vous faites des copies de celui-ci, s’il y a lieu.

    Au plaisir de vous lire prochainement.

    Mes Amitiés.
    Paix, Santé et Bonheur.

    Richard LaChance.

Retour au menu principal Tous droits réservés par ProVirtuel et Richard LaChance ©2002 Comment communiquer avec ProVirtuel ?